Un podium et une victoire : la palme de l'audace !

Un podium et une victoire : la palme de l’audace !

Comme l’an dernier, Imsa Performance Matmut quitte le circuit de Spa en vainqueur et ajoute en plus à son palmarès une médaille d’argent. Deux résultats qui permettent au team normand de grimper à la deuxième place provisoire au Championnat, objectif atteint ! 
D’excellents accessits donc qui récompensent une stratégie osée et un travail d’équipe exemplaire. De bon augure pour la suite de la saison !

Course 1. Samedi 6 juin 2015.

Grâce à de solides qualifications, Imsa Performance Matmut s’empare de la 3e place sur la grille de départ. Une position quasi idéale : en plus de pointer aux avant-postes, le team normand sera libre de développer une audacieuse stratégie pneumatique ! « Nous avons consacré les deux séances d’essais libres à la définition de réglages de suspension qui n’agressent pas les pneus. Sur ce circuit, les contraintes sur les gommes sont très importantes. Nous avons donc déterminé des épures châssis pour que le comportement de la voiture reste constant au fil des tours malgré des températures inhabituelles ici à Spa… Cette stratégie nous offre en plus la possibilité de disposer de plusieurs trains de pneus rodés ou neufs pour les courses… » explique Franck Rava, le team Manager.

Course 2. Dimanche 7 juin 2015.

En faisant le choix de pneus rodés pour la deuxième séance qualificative, le team Imsa Performance Matmut mise tout sur la course et se contente du 7e rang sur la grille : en réservant ses pneus neufs pour la seule seconde course, l’équipe rouennaise table sur une remontée rapide et régulière, même au cœur du peloton.

Sébastien Dumez prend le départ et applique à la lettre le plan imaginé par Félix Barré : dès le deuxième tour, il gagne une position et vient croiser le fer avec Olivier Panis. 11e, Sébastien harcelle puis passe Jean Philippe Belloc. Dans son point de mire, le Bordelais aligne ensuite Enzo Guibbert mais ne trouve pas l’ouverture avant la fin du premier 1/3 temps.
Charge maintenant à Raymond Narac de poursuivre cette remontée. Equipé également d’un nouveau train de pneus neufs, le pilote de la Porsche #1 aligne des tours dignes de qualifications et signe des chronos parfois plus rapides de 5 secondes que ceux du leader ! Des « bottes de 7 lieues » qui lui permettent de venir batailler pour le leadership après 5 tours seulement. Les efforts de Jean-Luc Beaubelique seront vains, le pilote-patron prend la tête imparablement avant qu’Olivier ne s’installe au volant de la Porsche 911 GT3 R. « J’ai fait mon relais au maximum. L’équipe a fait un excellent travail et la stratégie de Félix a été hors norme » déclare sobrement le « boss ».
Pointé au sommet de la feuille de classement provisoire, Olivier Pernaut voit grossir la menace Philippe Giauque, deuxième. Le suisse est rapide mais le picard gère parfaitement son avance d’une demi-douzaine de secondes. Même avec une Porsche 911 GT3 R devenue délicate à conduire, il ne sera finalement jamais rejoint ni même inquiété. « J’étais sur des œufs, explique Olivier. Les pneumatiques arrières étaient bien usés, mais j’en avais suffisamment sous le pied pour augmenter la cadence d’une demi-seconde. Je ne voulais pas faire de faute et j'ai tout fait pour rester hors de sa portée d’autant plus que j’avais reçu un avertissement dès mon premier tour en piste après être sorti trop large d’un virage. Je suis très heureux de cette victoire ! » .

Articles associés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *