1

Les jeunes conducteurs : on assure !

Les nouvelles générations au volant.

Lorsque vous êtes jeune détenteur du permis de conduire, souscrire à une assurance automobile peut parfois s’avérer être difficile. Etant considéré comme des conducteurs à risque, les assurances sont plus réfractaires à contracter avec vous. En règle générale, les assureurs qualifient de « jeune conducteur » des détenteurs du permis de conduire de moins de trois ans. De même si vous avez été contraint de repasser le permis de conduire à la suite d’une suspension de celui-ci, vous êtes à nouveau considéré comme étant un jeune automobiliste. C’est aussi le cas si vous avez été assuré en temps que second conducteur pendant plusieurs années, si vous souscrivez à un contrat d’assurance à votre nom, vous serez à nouveau considéré comme tel. Conformément à l’article A335-9-1 du Code des Assurances, en tant que jeune conducteur, vous serez contraint de souscrire au minimum à une assurance au tiers et vous serrez majorer d’une surprime de 100% la première année, 50% la deuxième année, puis 25% à condition de n’avoir eu aucun accident responsable.

 

Les affligés de la route.

En étant jeune conducteur, on est plus amène à avoir un accident. En effet, étant nouveaux entrant sur les axes routiers, on a plus de mal à anticiper les potentiels dangers de la route : un chat qui traverse, une personne qui grille les priorités, une perte de contrôle du véhicule. Tous ses petits tracas que vous n’avez pas eu l’occasion de rencontrer lors de vos heures de conduite et auquel il faut faire face à l’instant T. Pour les situations les plus extrêmes, certains s’en sortent mieux que d’autres. Si vous avez moins de trois ans de permis et que vous avez déjà fait l’objet d’un sinistre, la plupart des assurances ne vous voudront plus en tant que client chez eux, ou alors ils vous proposeront d‘assurer votre véhicule à des prix déraisonnables. Pour chaque accident responsable, allant d’un petit accrochage aux gros carambolages, votre prime d’assurance automobile augmentera de 25%. A savoir que si vous faites l’objet d’un cas de force majeur, comme des intempéries, des grêles s’abattant sur votre véhicule causant des bris de glace ou simplement que vous vous faites voler votre voiture, vous n’êtes pas considérés comme responsable, n’ayez craintes vous ne verrez pas votre malus augmenter.

 

Quelles solutions s’offrent à moi ?

Dans l’hypothèse où vous vous retrouvez dans le cas du jeune conducteur résilié ou malussé, pas de panique ! Il existe aujourd’hui de nombreuses assurances pour jeune conducteur qui sont spécialisés pour les profils dites « à risque », en outre les jeunes permis qui ont déjà eu affaire à un accident responsable. Ces assurances sont là pour vous donner une seconde chance, sans pour autant vous proposer un contrat aux prix exorbitants, avec les mêmes avantages qu’une assurance classique. Pendant une durée de deux ans, il vous faudra être vigilants. En effet, chaque année, à condition d’avoir été irréprochable sur les axes routiers, vous réduisez votre malus accumulé de 5%.

Articles associés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.